Orgyen Ling: la naissance du projet

Voici une lettre de Nuptul Rinpoché dans laquelle il nous parle de lui, de son enfance dans un petit village du Népal et de la découverte de la société occidentale moderne. Il explique pourquoi il souhaite apporter une éducation moderne à sa communauté et quels ont été les événements qui ont fait émerger le projet Orgyen Ling.

Chers amis , Tashi Delek!

Dans votre pays, peut-on survivre sans une éducation de base, l’alphabétisation, les mathématiques et les science?  L’importance de l’éducation de base est évidente dans le monde moderne. Malheureusement, l’éducation reste un privilège pour les familles riches au Népal, où les écoles publiques sont limitées en nombre et généralement mal gérées.

Dans la région près de mon village natal, environ 20 villages se partagent 3 très modestes écoles. À compter de l’âge de 7 ans, les enfants commencent à travailler dans les champs ou à faire des tâches d’artisanat. Les jeunes filles adolescentes peuvent être engagées dans d’autres familles pour travailler. Ces enfants ont besoin et méritent une éducation de base.

L’école d’enfants Orgyen Ling est conçue pour combler ce besoin d’éducation de base et pour être accessible aux enfants défavorisés du Népal. L’objectif est de fournir une éducation primaire et secondaire aux enfants dont les familles ne peuvent se payer d’autres formations, quel que soit leur sexe, leur appartenance ethnique, leur caste et leur religion. Des installations d’accueil seront construites pour loger les enfants des régions éloignées. Le programme scolaire vise un développement holistique et donnera des connaissances non religieuses mais essentielles, telles que les langues étrangères, les mathématiques, les sciences et les arts.

Mon histoire personnelle concernant mon éducation

Le projet d’école d’enfants est inspiré de ma propre expérience de l’éducation. Je suis né en 1984 dans une famille pauvre de fermiers, dans un village lointain de l’Himalaya appelé Nubri au nord du Népal. Mes parents sont gentils et aimants, mais comme beaucoup d’autres villageois, ils sont analphabètes. Ma petite enfance était comme tout autre enfant dans notre village: s’occuper du bétail, courir ici et là, et essayer de provoquer des troubles pour chasser l’ennui. En suivant le mode de vie traditionnel, je serais maintenant chef de famille, héritier de la responsabilité de l’agriculture de mon père et j’aurais trouvé un bon mariage pour mes plus jeunes soeurs adolescentes.

Pourtant, à l’âge de 7 ans, j’ai été reconnu comme la réincarnation du précédent Maître Khedrup Tenpei Gyalthsen et j’ai été amené dans un monastère en Inde, selon la tradition bouddhiste tibétaine de Tulku. Dès lors, j’ai appris à lire et à écrire et finalement, j’ai étudié la philosophie et la méditation bouddhistes jusqu’à l’âge de 24 ans. À l’âge de 28 ans, j’ai été sélectionné comme étudiant pour participer à un programme de trois ans à Hampshire College, dans le Massachusetts, aux USA. Je connaissais très peu d’autres parties du monde en dehors du Népal et de l’Inde. Après seulement un mois de cours en anglais, j’ai débarqué dans la société occidentale moderne.

Confronté à de nombreux défis dans les études, la langue, la culture et dans les interactions sociales, ma compréhension du monde s’est approfondie et enrichie. En passant plus de temps à voyager en Amérique et en Europe, j’ai profondément pris conscience de l’avenir incertain de ces enfants défavorisés du Népal et c’est devenu un sujet de préoccupation pour moi.

Il y a dix ans, il pouvait encore être possible de mener une vie agricole, isolée dans l’Himalaya. Mais dans dix ans, même la région la plus reculée sera touchée par Internet et les moyens de subsistance dépendront de l’éducation ou de la formation reçue. Les garçons en âge scolaire qui se promènent dans les montagnes ou les adolescentes qui s’occupent de leurs frères et soeurs dans les régions rurales du Népal seront confrontés à un défi impensable à l’avenir.

Tremblement de terre et actions au Népal

Je suis retourné dans la région de Gorkha au Népal en 2015 où j’ai survécu au tremblement de terre dévastateur d’ avril. Voir le monde trembler et s’effondrer devant mes yeux a été un réveil pour moi pour prendre des mesures dans cette vie passagère mais précieuse.

Au cours de l’effort de secours suite au tremblement de terre, en novembre, j’ai parlé à de nombreux villageois découragés et à des enfants effrayés de la région. À la vue des maisons endommagées et de leurs regards qui étaient remplis de détresse, j’ai annoncé que notre monastère offrirait une éducation temporaire et un logement pour certains des sans-abris ou des enfants pauvres des villages voisins. Le visage des villageois s’est alors éclairé et ils ont eu un grand espoir pour la vie de leurs enfants pouvant recevoir enfin une éducation. Depuis, près d’une centaine d’enfants partagent les installations et la nourriture avec la sangha monastique, et l’école temporaire que nous avons mis en place a reçu l’approbation du gouvernement népalais.

Le projet est de construire un site scolaire formel près de Kathmandou pour permettre à d’autres enfants défavorisés d’autres régions du Népal de nous rejoindre. Lorsque la construction de cette école sera terminée, les enfants de notre monastère seront transférés dans le nouveau campus et continueront leurs études.

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire cette page, que votre vie soit saine, satisfaisante et prospère, cordialement,
Nuptul Tenpei Nyima Rinpoché

Un enfant sans éducation est comme un oiseau sans ailes. Rejoignez nous pour permettre à ces enfants défavorisés de recevoir une éducation de base afin qu’ils puissent vivre dans la dignité.
Nuptul Rinpoché

Pour de plus amples renseignements et pour réaliser un don, prenez contact avec Francine Adam: contact@mahasukha.eu / tél: +33 (0)6.14.91.27.22. Vous pouvez également tout simplement faire votre don sur sur la plateforme: Go Fund Me.

Les commentaires sont clos.